Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Ecole française de Lausanne ValmontEcole Valmont aefe
« Décembre 2017 »
Décembre
DiLuMaMeJeVeSa
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31

Cliquer sur les dates pour découvrir les événements programmés

Prochain événements
Rester informé

Lettre d'information

 

Flux des dépêches
Mode d'emploi

Applications mobiles

Pourquoi parler français (10) ?

Le français : une ouverture à l’universel (1).

En 1989, lors des festivités liées au bicentenaire de la révolution française, Madame Margaret Thatcher, invitée officielle, avait fait remarquer, un rien condescendante, que l’Angleterre avait réalisé sa révolution bien avant la France et qu’Olivier Cromwell avait fait décapiter le roi Charles 1° Stuart en 1649 , soit près de cent cinquante ans avant que les Français ne guillotinent Louis XVI. Chronologiquement parlant, elle n’avait pas tort, mais il y a cependant une différence fondamentale entre les deux révolutions : les Anglais l’ont faite pour eux-mêmes, tandis que les Français l’ont accomplie pour le monde. D’ailleurs l’épopée napoléonienne, vouée à l’échec puisque fondée sur la force et la coercition, avait pour objectif déclaré d’exporter les idéaux de la révolution à l’ensemble de l’Europe, et c’est bien la révolution française qui, malgré ses excès, est devenue et reste dans le monde entier la référence historique en matière de conquête des droits de l’homme, des peuples et de la démocratie.

Pourquoi les Français ont-ils donc cette manie de vouloir faire bénéficier à toute la planète ce qu’ils croient être bons pour eux-mêmes ? Serait-ce par manque d’humilité ? Serait-ce par complexe de supériorité ? C’est certainement ce que pensent nos détracteurs. Et pourtant il s’agit bien d’une démarche récurrente pour les Français - ou plutôt pour les francophones - que de vouloir agir et penser pour le monde entier, et nous pouvons le vérifier très concrètement encore aujourd’hui :

Quels sont les évènements les plus médiatiques du monde ? L’évènement le plus suivi, ce sont sans conteste les Jeux Olympiques qui ont été pensés et organisés dans leur forme moderne par le baron Pierre de Coubertin (1863-1937) en 1894. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le siège du C.I.O. (Comité International Olympique) a été installé en Suisse à Lausanne en zone francophone (le français est la langue officielle des Jeux Olympiques). Le second évènement le plus célèbre de la planète est la coupe du monde de football. Sait-on que c’est aussi un Français qui l’a "inventée" en 1930 ? C’est en effet le Français Jules Rimet (1873-1956), fondateur et président durant 33 ans de la F.I.F.A. (Fédération Internationale de Football Association), qui créa la coupe du monde et celle-ci porta d’ailleurs longtemps le nom de coupe Jules Rimet (jusqu’en 1970). Le troisième évènement le plus suivi dans le monde est notre bon vieux Tour de France, gagné par la mondialisation depuis une trentaine d’années, qui attire chaque été pendant trois semaines des dizaines, voire des centaines de milliers de spectateurs à chaque étape sur les routes de l’hexagone (et d’ailleurs), et des dizaines, voire des centaines de millions de téléspectateurs quotidiens devant les fenêtres obscures (les étapes du Tour de France sont retransmises par les télévisions de plus de 190 pays). Même ses turpitudes présentes (par exemple, les récents aveux de dopage de l’Américain Lance Armstrong, sept fois vainqueur) contribuent à en accroître la couverture médiatique internationale ("Trompettes de la renommée, vous êtes bien mal embouchées" nous susurrerait Brassens !).

On pourrait ajouter un autre exemple relatif au sport et assez parlant de cette vision mondialiste habitée par les Français : La planète Ovalie. Très longtemps "l’International Rugby Board", la fédération internationale de rugby, est demeurée un aimable club anglo-saxon où la France ne disposait que d’un strapontin au milieu des nations anglophones : Angleterre, Pays de Galles, Ecosse, Irlande, Afrique du Sud, Nouvelle-Zélande, Australie… C’est pourtant un Français, le président de la fédération française de Rugby de l’époque, Alfred Eluère, qui proposa le premier en 1947 d’organiser une coupe du monde de rugby, proposition retoquée par les autres nations parce que considérée comme "farfelue". Et c’est un autre Français, Albert Ferrasse (1917-2011) qui, dans les années quatre-vingt, profitant de son élection à la présidence de l’International Board, en reprit l’idée et relança, non sans mal, la coupe du monde de Rugby dont la première édition s’est déroulée en 1987, et la dernière en 2011. C’est lui aussi qui exigea la présence de joueurs de couleur dans les rencontres internationales, y compris dans tel pays anglophone pratiquant encore l’apartheid.

Rappelons pour mémoire quelques autres exemples illustrant cette visée universelle :

Le Suisse Romand Henri Dunant (1828-1910) crée en 1863 une organisation de secours aux blessés de guerre, déclarée neutre, qui deviendra en 1876 la Croix-Rouge internationale, première institution supra-nationale, et rédige la première Convention de Genève en 1864. Il est également le premier lauréat du Prix Nobel de la Paix en 1901. Fait unique, le comité international de la Croix-Rouge recevra ensuite trois autres fois le Prix Nobel de la Paix, en 1917, en 1944 et en 1963.

La S.D.N. (Société Des Nations), l’ancêtre de l’O.N.U. (Organisation des Nations Unies), fut installée à Genève après la première guerre mondiale (1919-1939). les Etats-Unis refusèrent d’adhérer à La S.D.N. que le président Wilson avait pourtant appelée de ses voeux. Malgré son échec, celle-ci fut tout de même la première association des nations établie dans le but d’asseoir un ordre mondial et d’assurer un espoir de paix universelle. La Suisse et la France ont été parmi les pays fondateurs les plus actifs de la S.D.N. et le français en fut logiquement la langue officielle. Le premier président de la S.D.N., Léon Bourgeois, fut le lauréat du Prix Nobel de la Paix en 1920.

Le principal rédacteur de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme (1948) est le Français René Cassin (1887-1976). René Cassin fut notamment secondé dans cette tâche par Stéphane Hessel décédé le 26 février 2013, auteur du fameux Indignez-vous qui connut un retentissement mondial en 2009 et donna naissance au mouvement des indignés. René Cassin fut également le premier président de la cour européenne des Droits de l’Homme de 1965 à 1968, et reçut à ce titre le prix Nobel de la Paix en 1968.

Et comme on ne peut multiplier les exemples, finissons par les pères fondateurs de l’Europe, Robert Schuman et Jean Monnet. Leur ambition était de rendre impossible la guerre entre les pays européens, pourtant ennemis héréditaires qui sortaient à peine de la seconde guerre mondiale, et on peut dire aujourd’hui qu’ils y sont parvenus. Robert Schuman (1886-1963) fut à l’initiative de la première institution européenne, la C.E.C.A. (Communauté Européenne du charbon et de l’Acier) en 1950 et le premier président du parlement européen de 1958 à 1960. Pourquoi la C.E.C.A. est-elle regardée comme une organisation pacifique ? Parce que c’est avec du charbon et de l’acier que l’on fabrique (que l’on fabriquait) les armes lourdes : pièces d’artillerie, véhicules militaires, navires de guerre, avions de combat... Jean Monnet (1888-1979) est, quant à lui, à l’origine du Traité de Rome (1957) et la phrase qu’il prononça à cette occasion est restée célèbre : "nous ne coalisons pas des états, nous rassemblons des hommes" (l’idée même qu’on puisse raisonner autrement qu’en termes d’états-nations au niveau international était déjà en soi révolutionnaire). L’Union Européenne s’est vu remettre le Prix Nobel de la Paix le 10 décembre 2012 en qualité de "plus grande institution pacifique jamais créée".

Au total, près d’une trentaine de francophones (Belges, Français, Suisses) ont obtenu directement ou indirectement le prix Nobel de la Paix, avec une particularité notable : c’est le plus souvent du fait de leur engagement dans un organisme international, et non de leur seule action individuelle, qu’ils ont été primés, et, à travers eux, leur organisation reconnue : Bureau International pour la Paix, Institut du Droit International, Ligue pour la Paix, Office International pour les Réfugiés, Cour Internationale d’Arbitrage, Ligue des Droits de l’Homme, Europe du Coeur au Service du Monde, Médecins sans Frontières, Groupe Intergouvernemental d’experts sur l’Evolution du Climat (GIEC), etc. (vous voyez bien que les Français sont capables de ne pas se mettre en avant et de faire preuve d’humilité…). Et c’est à Paris que se tint le premier sommet des Prix Nobel de la Paix en 2008.

L’article que vous venez de lire parle donc des hommes et cite des faits ou des évènements illustrant la dimension et la préoccupation mondialistes de francophones plus ou moins connus, mais il ne dit pas encore la place particulière qu’apporte la langue française à cette prise de conscience universelle. C’est dans le prochain article que nous aborderons cette question.

 

Alain SULMON