Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Ecole française de Lausanne ValmontEcole Valmont aefe

4 octobre 1963 - 4 octobre 2013

50 ans jour pour jour après l'ouverture des portes du Pensionnat Valmont, plusieurs événements festifs ont été organisés ce vendredi 4 octobre 2013.

Pour l'occasion, Soeur Concettina, Soeur Rosetta et Soeur Teresa, trois Soeurs Marcellines présentes en 1963 sont venues spécialement d'Italie. De même, une vingtaine d'anciennes internes des années '70 nous ont rejoints depuis le Brésil, l'Iran ou même la Thaïlande.

 

Dès le matin, les élèves de maternelle et primaire se sont réunis pour un moment de recueillement autour d'un diaporama de photos de ces 50 dernières années, de chants et de paroles d'enfants.

A onze heures, un messe a été célébrée par le Père Livio  pour les 250 élèves du Collège et du Lycée rassemblés dans le patio. Musiciens et choristes ont agrémenté joyeusement cet événement.

    

Un repas festif a été offert à tous sous forme de buffet.

   

C'est avec une soirée réunissant plus de 200 personnes que la journée s'est poursuivie.

Un concert d'orgues interprété par le père ATHANASIADES, chanoine à St Maurice et ami de longue date des Soeurs a enchanté les mélomanes.

Les anciens élèves, professeurs d'hier et d'aujourd'hui, parents ont enfin pu se retrouver autour d'un cocktail convivial.

 

 

Vous trouverez ci-dessous les discours de Soeur Hélène, Gilda Figueiredo (ancienne élève) et Alain Sulmon prononcés lors du concert.

Soeur Hélène :

Chers Amis,

Je vous remercie bien chaleureusement d’être venus ce soir à Notre-Dame du Valentin  pour ouvrir ensemble  en harmonie et en action de grâce  l’année  du cinquantième  anniversaire  de notre école.

Et bien oui, aujourd'hui, notre maison a 50 ans.  En effet  quelques  sœurs arrivèrent à Lausanne dans le quartier de Valmont - précisément en Route d’Oron 47 - le 4 octobre 1963.  Mais  ce ne fut que le premier novembre que le pensionnat  ouvrit  ses portes et l’inauguration fut officielle.
Des jeunes filles de langues  étrangères vinrent s’inscrire jour après jour à un cours privé de langue française et de culture générale.

Depuis  des élèves de toute nationalité  et de tout âge se sont suivis dans  notre Pensionnat « au grand galop ». (Jusqu’à 80 élèves dans une année).

Gilda Figueiredo Ferraz :

Je m'appelle Giilda FIGUEIREDO FERRAZ et je suis brésilienne. Aujourd'hui avocate depuis 32 ans et ancienne élève des Marcellines dès l'âge de 8 ans.

Comme moi, mes deux compatriotes, Laura et Juliana, nous sommes arrivées ici à Valmont fin Septembre 1972, une charmante journée  de fin d’été.

Dans le taxi , juste en arrivant à Valmont le tout premier jour,  j’admirais notre future école quand j’ai remarqué  une sœur sur la  terrasse qui travaillait avec le jardinier, et  dix minutes après elle s’est présentée, et  nous étions en face de notre future Mère Supérieure, Sr. Nicoletta Yucker à qui nous rendons un profond hommage ce soir.

Qu’est-ce Valmont représente pour nous ?

C’est un symbole de formation du caractère ainsi que de l’esprit, un symbole d’une vie dédiée à l’éducation, qui est resté pour nous, jusqu'à présent une vraie boussole.

Ici nous avons eu et passé les meilleures et les plus importantes années de notre adolescence.

A ce propos, deux noms nous viennent à l'esprit et il faut absolument les nommer , il s’agit de la Mère Supérieure Nicoletta Yucker, qui, malheureusement, n’est pas avec avec nous ce soir, et l’actuelle Supérieure, Sr Elene Pepe, cette formidable et tendre religieuse, adorée de toutes les élèves de toutes les générations.

Ces deux grandes femmes, avec le soutien de leurs consoeurs, ont été et restent vraiment l’âme de Valmont.

Mes sœurs, permettez-nous de vous avouer  que c'est  un honneur pour nous de pouvoir dire que nous sommes  anciennes élèves de Valmont, où nous avons appris avec vous,  admirables sœurs,  le sens de la responsabilité et la vision d’un avenir plus juste.

Finalement, nous sommes reconnaissantes aussi  à tous les Professeurs, et ici nous tenons à remercier au nom de tous les professeurs  Mme Jacqueline Barroso, à qui nous devons notre français après 40 ans , recevez, Chère Madame, nos plus sincères remerciements.

Chères soeurs de Valmont, veuillez croire à notre tendresse, notre amitié et notre reconnaissance, du fond de notre coeur pour votre immense  affection et votre dévouement.

Félicitations pour votre excellent travail. Merci.

Soeur Hélène :

Au fil des années avec une école devenue officielle et l'afflux des inscriptions de toute élève externe et des garcons, nous avons transformé m'internat pour augmenter le nombre de classes.

Alain Sulmon :

En réalité, Chers Amis, nous sommes réunis aujourd’hui pour fêter, non pas un, mais deux anniversaires !

Car si l’école Valmont  a bien été créée en 1963, il y a juste 50 ans, c’est en 1983 qu’elle est devenue école française, nous célébrerons donc aussi cette année les trente ans de cette nouvelle dimension.

Réfléchissons quelques instants à cette destinée : qu’est-ce qui fait qu’en 1963, des Sœurs catholiques, italiennes, décident de s’installer en Suisse, dans le canton protestant de Vaud,  pour créer une école confessionnelle, francophone, accueillant un pensionnat international pour jeunes filles ?

Si on se reporte en 1963, on voit bien que l’ouverture de l’école Valmont était non seulement hautement imprévue mais que le scénario lui-même n’était pas écrit puisque, vingt ans plus tard, l’école Valmont adopte une nouvelle identité.

La création d’une école publique, que ce soit en France, en Suisse, ou ailleurs, relève toujours d’une logique de planification. Savez-vous qu’en France, en 1963, on ouvrait un collège par jour pour répondre aux besoins démographiques du moment ?

L’ouverture d’une école comme Valmont ne doit rien à une quelconque programmation, elle relève simplement d’une aventure humaine, et même – osons-le dire -  d’une aventure humaine improbable.

En voulez-vous quelques illustrations ? Au sein du réseau des écoles françaises d’Europe Centrale en 2013 :

  •  L’école Valmont est le seul établissement privé du second degré. Tous les autres collèges ou lycées d’Europe centrale sont des établissements publics (ou semi-publics).
  •  L‘école Valmont est le seul collège/lycée situé dans un environnement francophone, tous les autres collèges ou lycées sont situés en espace germanophone (en Allemagne, en Autriche ou en Suisse).
  •  L’école Valmont, enfin, est le seul établissement confessionnel.

Ce que nous allons fêter ensemble tout au long de cette année 2013/2014, l’histoire que nous allons retracer et revivre à travers les différentes manifestations du jubilé, c’est donc celle d’une aventure humaine, singulière et atypique, incarnée par les Sœurs Marcellines et habitée par une conviction inaltérable : proclamer la Bonne Nouvelle par l’éducation !

Mais revenons au 4 octobre 1963. Comme toutes les belles histoires, celle de l’école Valmont commence par « il était une FOI », seulement c’était une FOI à déplacer les montagnes, une FOI à traverser les frontières, une FOI à enjamber les lacs et les rivières, une FOI à s’affranchir des préjugés, une FOI, enfin et surtout, pour répondre à cet appel : « Allez enseigner les nations ! ».

Soeur Hélène :

Aujourd'hui, le Pensionnat se retrouve à être l'Ecole française de Lausanne où sont passés 4675 élèves en 50 ans.

Nous écoutons  maintenant  notre cher  Père Athanasiadès   qui  saura bien mettre sur nos lèvres et dans nos cœurs l’action de grâce.

Les manifestations se poursuivent tout au long de l'année scolaire 2013-2014, consultez régulièrement le programme sur le site de l'école !

Longue vie à l'Ecole française de Lausanne-Valmont !

 

Patricia Berliet